Forum de la brigade des faucons

Forum de guilde du MMORPG Slayers Online
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koeldin
The big boss
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3501
Age : 29
Guilde : La*Brigade*des*faucons
Fonction : retraité
Date d'inscription : 08/04/2005

Feuille de personnage
level:
60/60  (60/60)
Age: 19
Job RP:

MessageSujet: Blanche   Dim 21 Mai 2006 - 15:01

De Déawen
_____________________

Il y a bien longtemps, à l'époque où les elfes vivaient en harmonie avec les humains, et où la magie tenait lieu de miracle, prestige des plus puissants, régnaient sur le monde de Slayers différents royaumes, qui se partageaient le pouvoir.
Et au sein même de ces contrées, des guildes faisaient fréquemment leur apparition. Elles avaient toutes un but bien particulier: prouver leur adresse au combat, défendre et aider le peuple des rassemblements barbares ou encore apporter joie et bonne humeur. Beaucoup d'entre elles étaient en compétition perpétuelle, et ne connaissaient que peu de répit.

Cependant, en retrait de ces communautés, vivait dans la solitude et la sérénité une jeune fille, qui ne se souciait guère de tous ces conflits d’intérêt, laissant le cœur des hommes aigri et leur esprit méprisant.
La jeune fille répondait au nom de Blanche -nom qu'elle s'était choisie elle-même, car elle restait fascinée par la couleur de la neige, pure et innocente, sauve de toute souillure.
Blanche était de ces personnes douces et aimantes qui rêvent aussi bien le jour que la nuit, emportées par un torrent d'imagination. Elle vivait à l'abri, au fond de vastes forêts paisibles, jusqu'à ce jour où son sort allait changer irrémédiablement, annonce d'une fin tragique.
Blanche aimait à vagabonder dans les bois, en laissant ses émotions s'exprimer en chantant; elle avait par ailleurs une voix fort belle, cristalline et profonde.

Un jour, alors qu'elle se promenait, insouciante, elle entendit une voix masculine. Charmée par celle-ci, elle brava sa timidité et tenta de la retrouver, jusqu'à arriver à un petit lac. Elle se faufila derrière les arbres de manière à ne pas être aperçue, et put admirer le spectacle qui s'offrait à elle.
Un jeune homme se tenait là, debout contre un arbre, chantant, le visage souriant bercé par sa propre musique. Grand, blond, une allure de poète associé à des traits fins. Blanche tomba sous le charme de cet être féerique qui lui ressemblait tant.
Le poète laissait entendre une complainte mélancolique, une histoire d'amour qui finissait mal, deux amants séparés par le Sort. C'est ainsi que finissait la chanson. Un dénouement trop triste, songea Blanche, envahie de tristesse à la pensée de ce couple si malheureux. Si triste qu'elle ne put réfréner un élan du cœur, et improvisa la suite du sanglot amoureux:

"Ô mon amour... désormais si loin...
Reverrais-je un jour ton sourire?
Notre amour s'efface, comme la nuit laisse place au jour,
Ce n'est plus qu’un rêve sans vie"

Le Poète, stupéfait puis subjugué, continua à son tour:

"Je suis les ténèbres, et toi les étoiles
Notre amour brille plus que le soleil
Pour l'éternité, il ne peut y avoir pour moi,
Que toi, ma bien-aimée."

C'est ainsi que Blanche et le Poète se rencontrèrent, et que leur amour naquit, de plus en plus fort au fil des jours. Blanche s'éveillait au monde qui l'entourait. Enfin, elle consentit à suivre son amant hors des bois où il venait régulièrement la voir. Elle quitta ainsi sa vie de solitude sauvage pour aller se fondre parmi les autres hommes.
Ils connurent les premières semaines un bonheur sans égal, partageant leur passion de l'art, Blanche découvrant les plaisirs de l'amour. Même si elle se sentait perdue dans cette ville immense où ils résidaient, aux bâtiments gris si tristes et aux habitants si hautains, elle ne se plaignait jamais du manque qu'elle ressentait au souvenir de son paradis perdu. Elle se livrait corps et âme au Poète. Celui-ci se montrait tendre, ému par sa beauté et sa candeur, mais parfois lointain et froid, comme si l'existence de Blanche n'avait été qu'un de ces nombreux songes d'artistes, à la recherche d'une muse.

C'est alors qu'il partit, par un après-midi d'été, pour ne plus jamais revenir, tourmenté par sa vie d'errance qui l'attendait. Blanche, affolée, envisagea le pire: il sétait fait enlevé, c'était certain, et elle devait le retrouver à tout prix, tenter de le sauver par n'importe quel moyen.
Elle prit alors son courage à deux mains et alla explorer toute la ville à sa recherche, allant même dans les bas-fonds les plus dangereux. Mais ses explorations étaient vaines, et jamais elle ne put retrouver celui qu'elle avait tant aimé.
Seule, affamée, tremblant de froid et de peur, elle décida de revenir dans sa forêt sauvage. Peut être l'y attendait-il...

Blanche se lança donc sur la route qui la ramènerait à son ancienne demeure. Mais elle ne put jamais l'atteindre.
Son corps, affaibli, ne pouvait supporter plus longtemps toute la fatigue accumulée, et son esprit la quitta, aussi paisiblement qu'elle avait toujours vécue.
Sa dernière pensée fut pour le Poète Errant, pour leurs instants de bonheur, pendant que celui-ci vaquait aux occupations douteuses dont il avait rempli sa vie, et contre lesquels l'Amour s'était révélé impuissant.

La légende veut que parfois, une complainte nostalgique s'échappe encore des bois où Blanche avait établit sa résidence. Une complainte retraçant l'histoire de deux amants séparés par la distance, mais dont l'amour jamais ne s'éteindrait.

Un amour sincère et pur, dont beaucoup rêvent, mais que très peu atteignent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://slayersonline.net/communaute/profil.php?id=148125
 
Blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la brigade des faucons :: Quartier général de la brigade. :: Pièces utiles :: La bibliothèque-
Sauter vers: